Budam

Budam

Búi DAM vient des Iles Féroé, un groupement d’Iles perdues entre l’Ecosse et l’Islande. Alors jeune guitariste de jazz, il s’envole pour Cuba dans le but de s’inspirer des rythmes caribéens.

Avide d’apprentissages, sa passion se retourne malheureusement contre lui: Búi se blesse au poignet et ne peut alors jamais plus jouer de son instrument de la même façon. Il décide donc de parcourir le monde. A l’occasion de ses voyages, il récolte de multiples petites pièces/morceaux de chaque culture et les ramène aux Iles Féroé où il s’emploie alors à les rassembler. Ce long périple le transforme en BUDAM, un personnage qui raconte désormais à son public des histoires de démons, d’anges, d’amant(e)s et de meurtriers.

Après joué en France aux côtés de Yann Tiersen, Orka ou Bazbaz pour défendre son premier disque « Stories of Devils, Angels, Lovers and Murderers » sorti en 2009  chez Volvox Music (Sélection Fip, partenariat Libération), BUDAM s’attèle à la composition de « Man », son second album. « Man » est un concept-album divisé en quatre parties évoquant la nature, la religion, l’amour et la mort. Il est question de la nature humaine sous ses meilleurs jours comme sous ses versants les plus obscurs, une introspection à cœur ouvert allant de la naissance à la mort, le tout soutenu par un humour habile et grinçant.

« Man » regroupe ainsi 9 nouveaux titres composés par BUDAM, une véritable ode à la créativité ou l’artiste se détache peu à peu de l’ombre « cabaret » de Tom Waits qui planait sur son premier album. Les compositions de « Man » offrent un très bel aperçu des talents de mélodiste de BUDAM, des chansons épiques telles que « The Fly » ou « Last Song » à la poignante ballade « You Are My Religion » en passant par la merveille « The Bicycle ». Le nouvel album évoque aussi bien le songwriting de Leonard Cohen que la délicatesse d’Antony (and the Johnsons).

Une bonne partie des chansons présentes sur le disque sont ce que l’artiste appelle des « chansons puzzle », c’est-à-dire qu’elles sont composées de trois ou quatre parties distinctes avec des lignes de chants et des mélodies propres qui se rejoignent toutes à la fin du morceau. Cette façon de composer a donné naissance par exemple aux titres “The Man Who Knows Everything” et “God Is Fucking With Our Heads”.

L’album “Man” a été produit par BUDAM, Trуndur Bogason et Jens Thomsen (Yann Tiersen, Oktopus (Dalek), Third Eye Foundation, Teitur, The Puppini Sisters). Il résulte des compositions originales de BUDAM, des arrangements minutieux de Bogason et de l’oreille aguerrie de Thomsen un véritable paysage musical à la fois indescriptible mais que l’on s’approprie tout de suite à l’image d’un coup de pinceau de Van Gogh.

 

Budam