The Race

The Race

Tout semble avoir commencé il y a longtemps maintenant.

Retour en 2004: Dan Buchanan (voix, casiotone et Glockenspiel), Jessica Del Rio (guitare et voix), James Del Rio (guitare), Graeme Moorcroft (basse) et Andrew Aitken (batterie) forment alors le groupe dans leur ville natale de Reading. Les choses évoluent rapidement. Leur démo atterrit sur les bureaux du légendaire label indépendant d’Oxford, Shifty Disco, qui sortira deux titres de The Race en single. Leurs titres passent alors sur Radio 1, 6 Music et XFM et le groupe se retrouve à jouer dans des festivals et à faire les premières parties de Supergrass et the Spinto Band. Le premier album « Be Your Alibi » sort en 2006, soutenu par des régiments de fans et des critiques favorables de la part de NME, The Fly et beaucoup d’autres.

Deux ans plus tard, ils reviennent avec leur nouvel opus ‘In My Head It Works

Produit par Dave Eringa (Manic Street Preachers / IdleWild), les chansons de l’album sont de véritables hymnes prêts à retentir dans les plus grands stades. Cela ne veut pas dire qu’ils joueront à Wembley sous peu, « ces temps-ci nous nous intéressons moins à conquérir les masses » dit Dan, le toujours pragmatique leader du groupe. « Nous avons un peu plus d’expérience et une idée plus claire de qui nous sommes en tant que groupe, donc, nous sommes d’avantage intéressés par la connexion avec les gens qui semblent faits pour la musique que nous jouons. Nous n’essayons pas de satisfaire tout le monde ».

Musicalement, The Race sont souvent comparés à des groupes comme Arcade Fire et The National. Le leader Dan ne désapprouve pas forcément, mais il note qu’il n’a pas forcément le temps d’écouter beaucoup de groupes actuels et que le groupe puise principalement dans les rencontres et les expériences de la vie quotidienne : « ces deux dernières années nous ont fait mûrir musicalement , pas uniquement les gens autour de nous et que l’on aime , mais aussi les gens et les évènements autour de nous qui n’ont rien à voir avec nous, les choses qui se passent à travers le monde, bonnes ou mauvaises. La chanson « Gloves » du nouvel album parle de cela. Je travaille dans un hôpital et c’est une grande source d’inspiration pour moi. Jouer devant un public qui aime notre musique devient finalement un peu inutile si l’on reste focalisés sur nos propres petites vies ».

Cette attitude admirable permet de comprendre plus facilement l’approche de The Race vis à vis de l’industrie musicale et de ce qui s’est passé en 2009. Les fans de longue date se sentiront plus impliqués par rapport au nouvel album « In My Head It Works » car beaucoup d’entre eux ont contribué à le financer après que le label Shifty Disco ait mis en place un fond de soutien réussissant à lever 25000£ auprès de particuliers en échange d’un intéressement sur le potentiel succès de l’album. Cette nouvelle approche courageuse semble bien plus ingénieuse que le sponsoring d’entreprise. « Pour moi, tout est en rapport avec cela », dit Dan. « Le but est d’inviter les gens à sortir de chez eux pour venir nous voir et à acheter nos albums parce qu’ils se reconnaissent dans nos chansons, pas parce qu’ils ont vu une publicité ou qu’on leur bourré le crâne avec notre musique. C’est cela à quoi on aspire ».

Et c’est exactement pourquoi The Race sonne comme un bon investissement sur bien des plans.

Nathaniel Cramp, NME, Janvier 2009

In My Head It Works